ONDES DE CHOC RADIALES

 

 

J’utilise les ondes de choc extracorporelles de type radiales ( E.S.W.T.) via une machine Swiss Dolorclast Classic de la marque EMS, au sein du cabinet à Saint-Gilles, uniquement.

 

En général les séances sont au nombre de 6 avec une fréquence d’1 à 2/sem. Le patient peut tout à fait continuer une activité de type foncière pendant la période du traitement : marche, course à pied de type fond, natation,… L’association à de la kinésithérapie est bien sûr conseillée et ne peut qu’augmenter l’efficacité du traitement.

 

LES INDICATIONS sont les tendinopathies calcifiantes ou non de l’épaule, l’épicondylite (tennis elbow ou épicondylalgie latérale), l’épitrochléite ( golf-elbow ou épicondylagie médiale), les tendinopathies du moyen ou petit fessier (« trochantérite »), la tendinopathie quadricipitale, la tendinopathie rotulienne, la tendinopathie corporéale du tendon d’Achille, l’aponévrosite plantaire.

Afin d’être sûr du diagnostic et de la bonne indication de la thérapie, je n’utilise les ondes de chocs qu’après une imagerie faite au préalable.

 

LES CONTRE-INDICATIONS: les tendinopathies de type ténosynovites avec donc une poche liquidienne, les bursites, la proximité des gros vaisseaux, la grossesse, les pacemakers, les troubles de la coagulation  (pathologiques ou induits par traitements médicamenteux), les infections locales, les plaies, les cancers, la proximité des gros organes : cœur, poumons, tube digestif,…

 

REFERENCES :

Résultats :  (série de 1779 patients, toujours en cours ) satisfaisants pour le traitement de la tendinopathie (75%) et de l’enthésopathie (65%) calcanéennes, de l’aponévrosite plantaire (68%), de l’enthésopathie proximale des ischio-jambiers (76%), de la tendinopathie patellaire (63%) ainsi que pour les tendinopathies de la coiffe des rotateurs (70%), par contre, les résultats sont moindres pour  les épicondylites médiales (54%) et latérales (59%).

Que penser des ondes de choc dans le traitement des lésions tendinomusculaires en 2011? H. de Labareyre, Journal de Traumatologie du Sport, Volume 28, numéro 1

Pour plus d’informations vous pouvez consulter ce site ou me contacter directement

 

http://www.swissdolorclastacademy.com/fr/methode-swiss-dolorclast